l-instituteur-yannick-moisson-au-centre-entoure-de-ses_4052601_

Ces derniers élèves à l’école du Talhouët ont du mal à se dire qu’ils ne seront plus là à la prochaine rentrée. L’instituteur Yannick Moisson, quant à lui, prendra en charge une école à classe unique de six élèves, sur l’île d’Hoëdic, à la rentrée prochaine.

 

Seize ans… Voici un instituteur qui aura marqué l’école du Talhouët. À le croiser dans la rue, ce personnage semble être plus proche du milieu maritime que scolaire. Eh bien ce n’est qu’à moitié vrai ou faux. En effet, Yannick Moisson, avant de devenir enseignant, était skipper et responsable en école de croisière à Kerguelen de Larmor-Plage jusqu’à l’âge de 37 ans. Un virement dans son choix de carrière, et il devient tout d’abord instituteur dans les écoles de Guidel et Bois-du-Château de Lorient. C’est en 2002 qu’il arrive au Talhouët. « Un changement professionnel pas forcément facile quand on est habitué à travailler seul sans forcément d’horaires imposés », exprime Yannick. Il s’est malgré tout très vite fait au travail en équipe, surtout avec le soutien d’Erwan Hartereau, directeur de l’école. Au cours de ces seize années dans l’établissement, il a enseigné aux niveaux du CE1 au CM1, il a donc su apprécier ce travail en collectivité et s’est découvert des capacités à porter des projets à bien.

 

Il gardera un beau souvenir, notamment d’une action « à la recherche de la source du Blavet », avec une expédition à pied, en péniche et en bus. Des voyages en classe de neige et son meilleur souvenir sera sans nul doute la création de spectacles sortant des habituelles représentations des spectacles d’écoles. Avec notamment ce dernier « Paradise city » présenté dans la salle Jean-Ferrat, qui a connu un franc succès.

Sa carrière va se poursuivre sur l’île d’Hoëdic, où il aura en charge une école à classe unique de six élèves. Un challenge d’autant plus important qu’il reprend une école, à l’origine privée, qui fera sa première rentrée en septembre, en tant qu’école publique. « Ce changement qu’au départ je ne voulais pas accepter, c’est une opportunité pour moi », mais il a vu la possibilité de travailler plus profondément sur le thème de la mer avec les enfants. « Mes passions se confondent et c’est merveilleux ». Il tentera de mettre en place un jumelage avec l’école du Talhouët, établissement et collègues qui auront été des points forts et qu’il quitte les bras chargés de cadeaux, de souvenirs et surtout d’émotions.


© Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/morbihan/hennebont/ecole-du-talhouet-yannick-moisson-depart-pour-un-nouveau-challenge-06-07-2018-12019336.php#krBuXBzJ4bQXT7uy.99